Cet article a pour but de vous familiariser avec la lecture d’un histogramme ; il est donc volontairement dénué d’explications scientifiques ou trop techniques.

Définition

C'est un graphique constitué par des rectangles de même base, placés côte à côte et dont la hauteur est fonction de la quantité à représenter.
En photographie numérique, un histogramme est la représentation des pixels qui compose une photo et leur répartition. Dans cet article, nous utiliserons l’histogramme de luminosité comme exemple ci-dessous issu de Photoshop Element.

Esprit photographe - Histogramme : Exemple d'un histogramme

Lire un histogramme

Tout d’abord, il est important de savoir que chaque image à un histogramme unique. Si elle est modifiée au post-traitement, son histogramme le sera aussi.
Un histogramme est composé d’un axe horizontal et d’un axe vertical.
L’axe horizontal permet de visualiser la luminosité des pixels de l’image. Les valeurs vont du plus foncé (bord gauche) au plus clair (bord droit).

Esprit photographe - Histogramme : Répartition des la luminosité

L’axe vertical représente la densité de pixels pour chaque valeur de luminosité. Sur l’exemple ci-dessous, les pixels représentant les valeurs sombres sont plus nombreux ce qui laisse supposer des zones d’ombres sur la photo assez étendues.

Esprit photographe - Histogramme : Densité des pixels

Interprétation de l’histogramme de luminosité

L’histogramme est une succession de pics plus ou moins grands. C’est la lecture de ces pics et la taille de leur base qui va nous permettre de vérifier l’exposition de l’image. Les cinq exemples suivants ont pour objectif de vous monter la relation entre exposition, contraste et histogramme.

Cas N°1 : une photo correctement exposée
L’histogramme est étalé sur la quasi-totalité de l’axe horizontal. La densité des pixels est correctement répartie sur l’ensemble des valeurs.

Esprit photographe : Exemple de photo correctement exposée

Cas N°2 : une photo sous-exposée
L’histogramme montre clairement que la majorité des pixels (pics) est concentrée sur le bord gauche de l’image - la zone représentant les tons foncés – ce qui indique la sous exposition.

Esprit photographe - Histogramme : Exemple de photo sous-exposée

Cas N°3 : une photo surexposée
Les pixels sont concentrés sur la droite avec un pic important contre le bord. L’histogramme indique que la photo est surexposée.

Esprit photographe - Histogramme : Exemple de photo surexposée

Cas N°4 : photo peu contrastée
L’histogramme montre que les pixels sont uniquement concentrés dans la zone médiane. Il y a peu d’écart entre clair et foncé. La photo est donc peu contrastée. Les détails sont fins.

Esprit photographe - Histogramme : Exemple de photo peu contrastée

Cas N°5 : photo très contrastée
Il n’y a pratiquement pas de pixels au centre de l’histogramme. Ils sont présents uniquement sur la droite et sur la gauche, sans toutefois toucher les bords. La photo n’est donc ni surexposée, ni sous exposée mais seulement très contrastée ce qui rend les détails moins visibles.

Esprit photographe - Histogramme : Exemple de photo très contrastée

En conclusion

L’histogramme de luminosité est une aide très précieuse. Il donne les éléments exacts d’exposition. A la prise de vue, il va vous permettre de vérifier l’exposition et de la corriger. Au post-traitement, il va orienter votre retouche en vous indiquant précisément les zones trop ou pas assez exposées.

En pratique, pour bien utiliser un histogramme de luminosité, il faut se rappeler qu’une forte densité de pixels présentes sur les bords ou juste à côté montrent une surexposition (à droite) ou une sous-exposition (à gauche). L’idéal est d'avoir un histogramme le plus étendu possible sans qu'il ne déborde trop à droite ou à gauche (sauf effet particulier).