Le cinéma des années 60 compte bon nombre de thrillers comme Psycho (ou Psychose) d’Alfred Hitchcock. On se souvient très bien de ce grand classique du cinéma entièrement tourné en noir et blanc ce qui n’était pas la tendance de l’époque. Rappelez-vous cette scène : la maison en haut de la petite colline qui évoque terreur et angoisse.

Pour imiter ce maître de l’image, j’ai tenté de reproduire en photo, cette scène angoissante de la maison de Norman Bates (Anthony Perkins) du film Psycho.

Esprit photographe - Une photo par l'exemple - Convertir une photo en noir et blanc pour apporter une atmosphère angoissante

© Olivier Gouzien

Conditions de prise de vue

La photo a été prise très tôt un matin d’hiver alors que le soleil n’était pas encore levé. La maison est située dans une grande clairière au cœur du bois de Vincennes, un emplacement dégagé. Le ciel était très lourd et nuageux.
La légère contre-plongée permet de se sentir plus petit que dans la réalité, rendant le spectateur un peu plus impuissant face à cette situation d’effroi.

Matériel utilisé

Olympus EM1, Olympus Zuiko Pro 12-40 mm (24-80 mm en équivalent 24x36).

Réglages

  • Ouverture à f/8 : choix d’une ouverture moyenne pour obtenir une netteté sur l’avant plan et sur les arbres derrière la maison.
  • Vitesse de 1/4 s : utilisation d’un trépied pour éviter les flous de bougé à cette vitesse.
  • Focale de 21 mm (42 mm en équivalent 24x36) : focale permettant de prendre la façade de la maison en totalité.
  • Balance des blancs réglée sur « auto ».
  • ISO à 100 : niveau de sensibilité au plus bas pour maximiser la qualité et le piqué.

Format et mise en scène

Le ciel était déjà angoissant et mon intention était de le rendre encore plus angoissant. D’un point de vue composition j’ai donné beaucoup d’importance au ciel, sans pour autant en faire le sujet principal, pour montrer sa noirceur et ainsi contribuer à mon intention. Quant à la maison, j’ai voulu qu’elle soit positionnée sur le tiers bas de la photo.

Post-production

La photo a été convertie en N&B pour intensifier les contrastes dans le ciel et supprimer le rouge trop présent de la maison pour coller à mon intention. Pour cela, j’ai utilisé le mélangeur de couleurs de Lightroom pour obtenir le N&B voulu, intense et contrasté.

Un effet de flou sur les bords droit et gauche de la photo et un léger effet de vignettage ont été appliqués pour se rapprocher des effets de la pellicule des années 60.

En résumé

L’œil distingue, sauf exception, mieux les contrastes en N&B plutôt qu’en couleur. Quand on veut reproduire des scènes très contrastées il est donc conseillé de l’utiliser. Même si dans mon exemple, je me suis inspiré d’une scène d’un thriller en N&B, le N&B est souvent très indiqué pour faire ressortir des sensations angoissantes.