Les couleurs ont besoin de lumière

Avez-vous déjà constaté qu’une lumière faible rend les couleurs moins éclatantes? Avez-vous déjà essayé de distinguer une pomme d’une tomate dans le noir ?

La couleur correspond en fait à la lumière que renvoie un objet et plus précisément à la perception que nous avons des différentes longueurs d’onde qui constituent la lumière visible.

Elle se caractérise par 3 critères qui sont: sa teinte (le bleu, le rouge,..), sa saturation (brillante ou terne) et sa luminescence (claire ou foncée).

Si on reproduit l’expérience de Newton (Isaac pas Helmut) avec le même sérieux voire la même gravité que lui, nous allons constater qu’une lumière traversant un prisme de verre se décompose (ou se disperse) en une multitude de couleurs, c’est ce que l’on appelle le spectre de lumière visible (ci-dessous). Il va du violet au rouge. Au-delà de ces couleurs, le spectre devient invisible; nous entrons alors dans les domaines du rayonnement ultraviolet et infrarouge.

Esprit photographe - Couleurs et photographie : Le spectre de lumière visible

Spectre de lumière visible

Pour le photographe, 4 points sont à retenir :

  1. Les couleurs se modifient en fonction de l’intensité lumineuse (été, hiver, nuages,...).
  2. Les couleurs se modifient en fonction de la nature de la lumière (soleil, lampe,...).
  3. D’un individu à un autre, les couleurs sont vues différemment et cela pour des raisons physiologiques, culturelles, philosophiques, d’état d’esprit, etc.
  4. Il ne faut pas confondre Isaac Newton et Helmut Newton

Les couleurs ont de la température

Vous avez surement constaté que les couleurs d’un même paysage changent en fonction du temps (ensoleillé, nuageux, pluvieux, etc.) et de l’heure (matin, midi, après-midi, soir). Vous avez surement constaté aussi que si l’on éclaire un même objet avec une bougie ou une lampe électrique, le rendu des couleurs de l’objet sera différent.

Ces phénomènes démontrent que la lumière n’est jamais blanche et que sa teinte varie.

Pour mesurer, classer et comparer ces variations, il existe une « échelle de température » qui est exprimée en Kelvin, du nom de son créateur (Lord Kelvin, physicien britannique). Attention, dans cette échelle, la température n’a aucun rapport avec le chaud ou le froid, il s’agit plutôt d’une émission d’ondes.

Pour un photographe amateur, l’intérêt est de juste connaître le classement des différentes valeurs et des dominantes de couleurs connexes. Par exemple, la lueur d’une bougie dégage une température d’environ 1000 K soit une lumière plutôt rouge et celle d’un ciel couvert, environ 7000 K soit une lumière bleutée. Cette connaissance sera particulièrement utile pour régler la balance des blancs et ainsi restituer fidèlement les couleurs.

Un petit truc simple pour se souvenir de la correspondance entre lumière et degré Kelvin : plus la valeur est élevée et plus la couleur tend vers le bleu ; à l’inverse plus la valeur est faible et plus la couleur tend vers le rouge (voir tableau ci-dessous).

 

Esprit photographe - Couleurs et photographie : La température des couleurs

Température des couleurs

Les couleurs nous parlent

D’un côté, il y a l’herbe verte, le ciel bleu, le soleil jaune, c’est-à-dire des représentations matérielles associées à des couleurs et de l’autre il y a les représentations immatérielles, celles directement issues de notre culture, de notre langue - une peur bleue, un rire jaune – et bien sûr de notre vécu.

Pour un photographe, le plus intéressant est la symbolique qui associe couleur et émotion : un des buts ultimes de la photo n’est-il pas de faire transparaître une émotion ?

Goethe, écrivain éclectique, a développé une théorie sur les couleurs [zur farbenlehre] qui abordait notamment la signification des couleurs à travers leur langage émotionnel. Quelques théories plus tard, ce sont la publicité et le marketing qui nous inondent de symboliques colorées.

En synthèse, vous trouverez ci-dessous quelques exemples de définitions non exhaustives; à vous de les associer avec des couleurs.

  1. Couleur de la lumière: elle représente la joie, le rayonnement, la richesse, l’énergie et le dynamisme. Elle est très positive.
  2. Couleur de l’énergie et de la vitalité : elle peut symboliser plusieurs valeurs contradictoires en même temps comme l’amour et la haine. Elle représente également la passion, le feu, le sang, l’interdit, l’émotion, la colère, l’agressivité, l’énergie, le combat et la détermination.
  3. Couleur vive qui symbolise des valeurs comme la joie, la créativité, la communication, l’optimisme. Elle représente également la chaleur et le rayonnement.
  4. Couleur du romantisme: elle calme et rassure en évoquant la profondeur, le lointain et l’espace. C’est parait-il la couleur préférée des occidentaux
  5. Couleur qui fait penser à la nature, elle représente le naturel, l’équilibre et la fraicheur mais elle peut également symboliser l’harmonie, la réussite, la jeunesse, le calme, la sérénité.
  6. Couleur qui symbolise la subtilité, le mystère, l'idéalisme et la mélancolie. En occident, elle est souvent associée à la religion catholique.

-> 1=jaune, 2=rouge, 3=orange, 4=bleu, 5=vert ; 6=violet

D’un point de vue ressenti les couleurs sont classées en deux catégories : chaude et froide.
On parle de couleur chaude quand la teinte tire sur l’orange, le jaune ou le rouge.
On parle de couleur froide pour une couleur qui renvoie au vert, au violet ou au bleu.

Il existe trois couleurs ou plutôt des « non-couleurs » qui ne peuvent être réellement classées avec les autres (froide et chaude) mais à qui l’on donne une ou des significations d’ailleurs très connotées. Ce sont le noir, le blanc et le gris.
Le blanc est la pureté, la virginité, la propreté. Le noir représente le luxe, la sobriété, la rigueur ou l’élégance. Quant au gris, il évoque plutôt la monotonie et la mélancolie et dans les cas les plus extrêmes la tristesse et la solitude. A noter que le gris parait légèrement coloré au milieu d’autres couleurs.

 

Les couleurs s'opposent

Dans la 2ème partie du XIXème siècle se développe en peinture le courant impressionniste. Quel meilleur exemple que ces tableaux où la lumière éclabousse les champs et les villes de couleurs éclatantes.

Ces peintres ont été très impressionnés par un essai - contraste simultané des couleurs  - d’Eugène Chevreul, chimiste de son état. Cet essai met en relation les couleurs complémentaires entre elles.

Une couleur complémentaire, qu’est-ce que c’est ?

  • Il y a trois couleurs primaires (P), le bleu, le jaune et le rouge.
  • Il y a trois couleurs secondaires (S), le violet, l’orange et le vert. Elles sont obtenues en mélangeant 2 primaires entre elles : bleu + jaune = violet, jaune + rouge = orange, bleu + rouge = vert.
  • Les couleurs obtenues en mélangeant une primaire et une secondaire s’appellent les tertiaires.
Esprit photographe - Couleurs et photographie : La roue des couleurs

La roue des couleurs

Deux couleurs sont dites complémentaires quand elles s’opposent sur le cercle chromatique (voir les flèches).
Le vert est complémentaire du rouge, le bleu de l’orange et le vert du rouge.

D’après Chevreul et les impressionnistes,  la couleur rouge est d’autant plus visible qu’elle est proche voire juxtaposée au vert ; idem pour le jaune et le violet, et le bleu et l’orange.

Esprit photographe - Couleurs et photographie : Juxtaposition de couleurs

Il est intéressant de noter que pour chaque figure, c’est la plus petite surface colorée que l’on voit en premier ! Si vous voyez le petit carré jaune plus grand que le petit carré violet (ils ont en réalité la même taille), c’est normal, c’est une illusion optique. Si par contre vous voyez l’inverse...

Pour bien comprendre le phénomène de juxtaposition des couleurs complémentaires, comparez avec l’image ci-dessous qui reprend les mêmes carrés centraux mais disposés autrement. La saturation de ces petits carrés parait beaucoup plus faible et a pour conséquence une image aux couleurs moins nettes et moins éclatantes. Résultat : on ne distingue pas forcément en premier les carrés du centre.

Esprit photographe - Couleurs et photographie : Juxtaposition de couleurs

Les couleurs dans tous leurs états

Comme on l’a vu précédemment la couleur d’un objet, d’un bâtiment, d’un visage varie en fonction de la météo ou de la proximité d’autres couleurs ou de la source.

Le photographe doit savoir utiliser les couleurs dans leurs différents aspects. Les couleurs vives, les couleurs neutres, les couleurs ternes ou grises, les harmonies chaudes, froides ou équilibrées sont autant de champs d’expérience à labourer.

Les couleurs vives

Plus qu’éclatantes, elles sont triomphantes. Dans une image, nous ne voyons qu’elles. Elles sont le seul sujet de la photo. Saturation et luminosité s’assemblent pour les rendre presque irréelles. Leur éclat est souvent associé à la lumière d’un soleil au zénith. L’architecture, la publicité, les paysages d’été se prêtent volontiers à ce type de couleurs mais pas exclusivement.

Esprit photographe - Couleurs et photographie : Couleurs vives, bâteaux sur la plage © Pierre Garance

© Pierre Garance

Esprit photographe - Couleurs et photographie : Couleurs vives, Escalier à la Villette © Pierre Garance

© Pierre Garance

Les couleurs neutres

Ce sont les couleurs dont la saturation et la luminescence sont moyennes ; le curseur est alors au milieu. Une météo un peu nuageuse est souvent complice de cette neutralité. La couleur ne s’impose pas au sujet et le sujet ne s’impose pas à la couleur: ils s’équilibrent.

Esprit photographe - Couleurs et photographie : Couleurs neutres, Filets de pêche © Pierre Garance

© Pierre Garance

Esprit photographe - Couleurs et photographie : Couleurs neutres, Le marché aux fleurs © Pierre Garance

© Pierre Garance

Les couleurs grises

Ces couleurs tirent vers le gris teinté. Une météo très nuageuse ou pluvieuse, une lumière sombre sont des éléments générant ce type de couleurs. Elles s’effacent au profit du sujet tout en apportant mélancolie ou nostalgie. Elles donnent un côté triste à la scène. Elles s’utilisent un peu comme le noir et blanc. Les repères, les contrastes, la gestion des plans sont les éléments forts de la composition.

Esprit photographe - Couleurs et photographie : Couleurs grises, Une rue sur le port © Pierre Garance

© Pierre Garance

Esprit photographe - Couleurs et photographie : Couleurs grises, Maison du bord de mer © Pierre Garance

© Pierre Garance

Les harmonies de couleurs à dominante chaude

Elles peuvent être éclatantes, neutres ou grises. Elles mettent en valeur un camaïeu de rouge, orange, jaune. D’après la signification des couleurs (souvenez-vous) elles symbolisent le rayonnement, le dynamisme, le sang, la passion, la vigueur, la richesse.

Esprit photographe - Couleurs et photographie : Couleurs chaudes, Marchés aux poissons © Pierre Garance

© Pierre Garance

Esprit photographe - Couleurs et photographie : Couleurs chaudes, Vitrine © Olivier Gouzien

© Olivier Gouzien

Les harmonies de couleurs à dominante froide

Elles ont les mêmes caractéristiques de saturation que les couleurs chaudes. Le  bleu, le vert ou le violet sont les plus représentatives. Sérénité, calme, solidité, romantisme, espace et nature sont des symboles souvent associés à ce type d’harmonie.

Esprit photographe - Couleurs et photographie : Couleurs froides, Grenelle © Olivier Gouzien

© Olivier Gouzien

Esprit photographe - Couleurs et photographie : Couleurs froides, Vitrine © Pierre Garance

© Pierre Garance

La maîtrise de la couleur

Et si la photo couleur était simple et le noir et blanc compliqué? Et si la photo couleur était évidente car elle est la réalité? Après tout, notre monde est un monde de couleurs. Un coucher de soleil, un feu d’artifice, un massif de fleurs, sans parler du sempiternel paysage tropical – mer turquoise/ciel bleu profond/sable jaune – finalement, quoi de plus simple à mettre en image que ces thèmes colorés mais si communs.

Une carte postale couleur, tout le monde peut la faire...encore faut-il savoir dominer la lumière et maîtriser l’exposition. Pas si facile de rendre une couleur éclatante, neutre ou terne. Pas si facile de mettre en valeur une harmonie froide ou chaude qui s’entend avec le sujet. La couleur, croyez-moi, mérite beaucoup de respect. La mettre en valeur sans dénaturer le sujet n’est pas à la portée de tout le monde. Alors il faut l’apprivoiser, la manier sous toutes ses formes et sous toutes ses harmonies pour mieux se l’approprier.

Une dernière chose pour finir, essayez-vous à la photo de rue en couleurs et appréciez la difficulté !

Quelques photographes de références

  • William Eggleston
  • Raymond Depardon
  • Martin Parr
  • David Lachapelle
  • Steve Mac curry
  • Jeff Wall
  • Yann Artus Bertrand
  • Nick Knight
  • Art Wolfe
  • Andreas Gursky
  • Grégory Crewsdon
  • Ernst Haas
  • Guy Bourdin
  • Tim Walker