Éviter le flou, c’est l’un des grands challenges du photographe. Il est pourtant parfois signe de douceur, de romantisme ou de vitesse. Il peut s’avérer fort utile pour suggérer un sujet plutôt que de le présenter dans toute sa réalité, parfois très quelconque.

Dans cet exemple j’ai délibérément créé un flou de bougé pour donner un aspect un peu abstrait à cette rue piétonne.

Esprit photographe - Une photo par l'exemple - Créer du flou de bougé pour donner un aspect un peu abstrait

© Olivier Gouzien

Conditions de prise de vue

La photo a été prise en marchant dans la rue un samedi après-midi, jour de ballade ou de shopping pour de nombreuses personnes. Le but était de disposer de beaucoup de silhouettes pour donner du relief à l’image.

Matériel utilisé

J’ai utilisé mon petit compact Sony RX100 III, aussi minuscule que performant, car il permet d’être discret et libre de ses mouvements.

Réglages

Ils ont été choisis en fonction des critères indiqués ci-après et pour disposer d’un temps de pose suffisamment long pour créer un flou de bougé.

  • Ouverture à f/11 : petite ouverture pour favoriser une grande profondeur de champ.
  • ISO à 80 : niveau de sensibilité au plus bas pour maximiser la qualité et le piqué.
  • Filtre ND : le Sony RX100 III dispose d’un filtre ND intégré qu’on peut activer ou non afin de réduire la quantité de lumière et ainsi allonger le temps de pose. Pour cette photo, j’ai activé ce filtre.
  • Vitesse de 1s : une vitesse lente qui met en exergue les bougés et les mouvements. Cette vitesse a été déterminée par l’appareil en mode A (priorité à l’ouverture), en tenant compte des autres facteurs (ouverture, sensibilité et filtre ND).

Format et mise en scène

Le format horizontal permet de capter toute la largeur de la rue y compris le clocher en arrière-plan. Le flou n’a pas de direction précise car, appareil à la main, je déclenchais la prise de vue tout en marchant. Ce flou représente donc les mouvements de la marche et les vibrations engendrées. Il est aussi possible de donner une direction au flou en faisant bouger l’appareil dans un sens déterminé, horizontal ou vertical.

L’image est « assise » au premier plan sur 2 silhouettes pour accentuer l’effet 3D et favoriser l’entrée dans l’image. Le point de fuite central permet d’avancer en suivant les piétons.

Post-production

Dans cette vue, j’ai décidé d’accentuer très sensiblement les réglages de base - en montant les curseurs de clarté et de saturation en post-production - dans le but d’obtenir une image avec différentes zones pour bien distinguer les piétons, la rue et les immeubles. Deux virages partiels, via des filtres gradués, ont été aussi appliqués, un aux tons chauds en haut de l’image et un autre aux tons froids en bas.

En résumé

Le flou de bougé n’est pas le mal absolu, bien au contraire. Il faut penser à l’utiliser - sans omettre le flou de mouvement ou le flou de profondeur de champ - car il donne souvent un caractère unique à vos photos. Il permet aussi de rendre artistique une scène banale en supprimant des détails sans intérêt et en renforçant le jeu de lumière à la manière d’un peintre impressionniste. C’est souvent un bon outil créatif.