La photo animalière demande d’être un photographe techniquement au point mais aussi un bon naturaliste, cette pratique nécessite des années d’expérience. Il est très difficile d’approcher un animal sauvage, de le photographier dans son environnement naturel et d’en faire une photo esthétiquement agréable.

Fort heureusement, il est plus simple d’approcher des animaux sauvages mais habitués à la présence humaine. Dans notre exemple, cette bernache du Canada est peu farouche et se laisse approcher sans qu’on ne la dérange outre mesure. Prendre un portrait en étant proche de cet oiseau permet d’interagir avec lui, son regard scrute avec curiosité ce que fait le photographe.

Esprit photographe - La photo par l'exemple - Faire un portrait d'animal et interagir avec lui

© Olivier Gouzien

Conditions de prise de vue

La photo a été prise à Paris, dans le parc des Buttes-Chaumont, juste sur le bord du plan d’eau. Nous sommes très proche de la bernache d’où son regard curieux et un peu inquiet.

Matériel utilisé

Olympus EM1, Olympus Zuiko Pro 75 mm (150 mm en équivalent 24x36).

Réglages

  • Ouverture à f/1,8 : très grande ouverture pour maximiser le bokeh et concentrer l’attention du spectateur sur l’oiseau
  • Vitesse de 1/1000 s : très grande vitesse pour figer le mouvement, l’oiseau bougeant sans cesse, il fallait éviter les flous de mouvement
  • Focale de 75 mm (150 mm en équivalent 24x36) : ce téléobjectif permet de s’approcher raisonnablement de l’oiseau sans l’effrayer
  • ISO à 100 : sensibilité la plus basse possible pour obtenir le meilleur rendu
  • La mise au point est faite sur l’œil de la bernache.

Format et mise en scène

Le format portrait s’impose naturellement pour y loger le long cou de l’oiseau. L’œil est centré horizontalement et on y distingue le reflet du photographe, indiquant sa proximité. Le bokeh est très prononcé supprimant ainsi les éventuels éléments perturbateurs d’arrière-plan pour porter exclusivement le regard sur la bernache.

Post-production

La luminosité de l’œil a été légèrement augmentée pour y distinguer plus facilement le reflet. Un peu de clarté a été ajouté sur le plumage du volatile.

En résumé

La photo animalière est accessible à tous les photographes, il est aisé d’approcher des animaux sauvages peu farouches et d’obtenir ainsi une petite interaction avec eux. Faire un portrait avec un petit téléobjectif permet d’obtenir des images qui interpellent par la proximité et le regard de l’animal tout en préservant sa tranquillité.