C'est dans son appartement en plein centre-ville de Vendôme que Baya jeune artiste nous reçoit aujourd’hui.

Baya, peux-tu te présenter rapidement à nos lecteurs ?

Mon nom est Baya, c’est un surnom que je porte depuis très longtemps. J’ai 35 ans et je vis et travaille dans le Loir-et-Cher depuis 5 ans.

Quels sont les arts que tu pratiques ?

Je fais du dessin, de la peinture, de la sculpture, de la vidéo et de la photo. Je pratique ces techniques à bâtons rompus en passant de l’une à l’autre sans avoir de réelle préférence, selon les envies du moment. Parfois je me lasse du dessin alors je passe à la photo, puis je me lasse de la photo, et je passe à la sculpture.

Esprit photographe - Interview Baya - Image 1

© Baya

Est-ce ton métier ?

Non dans le sens où je ne gagne pas assez d’argent dans cette activité pour en vivre. J’ai un « vrai » métier à côté, en ce moment je suis assistant d’éducation à mi-temps dans un lycée. J’y suis surtout en soirée où j’anime le foyer de l’internat qui compte environ 160 élèves. J’organise des soirées cinéma, un atelier arts plastiques et un atelier photo dont l’objectif est une exposition dans le cadre de la FLAC (fête lycéenne des arts et de la culture) organisée par la région Centre. L’année dernière, pour cette exposition, j’étais là pour les aider à réaliser leur vision d’une idée ou d’un concept artistique. C’est très enrichissant de travailler avec des jeunes.

En 2012, j’ai sorti une bande dessinée intitulée Kahr Town chez un petit éditeur. Bande dessinée assez particulière puisqu’elle mêle photo et graphisme. J’ai également travaillé avec Ciclic dans le cadre de la réalisation d’un court métrage d’animation en stop motion (image par image). Ce film s’est tourné au centre pénitencier de Châteaudun. Je peux aussi intervenir dans des écoles ou sur des festivals. Et j’ai un temps donné des cours d’arts plastiques au sein d’associations artistiques.

Envisages-tu de te professionnaliser, en particulier dans la photo ?

Éventuellement oui, mais je suis très mal à l’aise avec la communication, je ne diffuse que très peu mes réalisations, j’expose assez rarement aussi. Le frein c’est l’aspect commercial, je rechigne beaucoup à faire de la pub, faire en sorte qu’on parle de moi, me vendre,... tout cela n’est vraiment pas agréable pour moi et je n’ai pas envie de m’y mettre. D’un autre côté, si on veut devenir pro on n’a pas vraiment le choix.

Esprit photographe - Interview Baya - Image 2

© Baya

Comment as-tu appris la photo ?

Je pratique la photo de façon assez empirique depuis très longtemps, sans formation particulière, j’apprends au fil du temps. Je n’ai pas une grande passion pour les technologies et le fonctionnement matériel d’un appareil ne m’intéresse pas beaucoup mais je le regrette un peu. J’ai suivi une formation d’infographiste metteur en page en 2008, pour apprendre et me former sur les logiciels illustrator et in Design. Pour ce qui est de Photoshop, je l’utilise depuis plus de 15 ans, c’est devenu mon outil favori !

Qu’est-ce qui t’attire dans la photo ?

Je suis plutôt manuel, j’aime avoir les mains qui travaillent, ce n’est pas tant la prise de vue qui m’intéresse que la post-production. Je n’utilise que le mode P qu’on appelle parfois P comme Presque automatique et je me concentre donc sur le cadrage et la composition. Toutes mes images sont très travaillées après la prise de vue, je passe beaucoup de temps sur Photoshop pour faire des montages et des retouches dans le but d’obtenir ce que j’avais en tête. C’est un peu pour ça que je ne me qualifie pas de photographe, je suis même plutôt béotien en matière technique.

Peux-tu nous expliquer ta démarche artistique ?

C’est très difficile à expliquer dans le sens où c’est très instinctif et personnel. J’ai toujours sur moi un petit carnet sur lequel je note les idées et les dessins qui me passent par la tête. Ces idées seront par la suite traitées en dessins pour certaines, en photos pour d’autres. Je suis très attaché aux objets anciens, j’en ai pas mal chez moi et c’est une source d’inspiration. J’aime les mettre en scène dans mes photos et m’en servir pour faire des montages. J’ai un intérêt particulier pour les engrenages, les outils anciens et les vieilles horloges. J’ai également à cœur de montrer que l’homme et la nature sont indissociables et que l’homme est un élément de cette nature comme peut l’être un arbre.

Esprit photographe - Interview Baya - Image 3

© Baya

Comment peut-on définir ton style artistique ?

Il est plutôt surréaliste et poétique. On me dit parfois que mon travail fait un peu penser à celui de Tim Burton, c’est un peu réducteur car si j’aime bien le travail de Burton, j’aime aussi des tonnes de choses différentes, mais disons qu’il est très connu, c’est donc plus facile de comparer. On me parle aussi souvent du courant steampunk et c’est vrai que je m’y retrouve un peu. J’aime le rapport avec le temps et j’intègre souvent des horloges ou des engrenages dans mes montages c’est ce qui fait sans doute penser au courant steampunk.

Ta compagne Camille est souvent présente sur tes photos, est-ce seulement un modèle ?

Camille est aussi active dans le milieu artistique, puisqu’elle réalise des sculptures en papier mâché. Elle est ma compagne dans la vie et forcément une muse. Si elle participe parfois à mes créations en me donnant des conseils, j’aime rester néanmoins maître dans la réalisation.

Avec quel matériel photo travailles-tu ?

J’ai un reflex Nikon 550D avec un zoom de base, c’est un petit reflex d’entrée de gamme mais suffisant pour ce que je fais. J’ai eu quelques appareils argentiques et numériques, en passant des petits compacts au bridge puis au reflex. J’ai constaté une amélioration très sensible de la qualité, finalement l’appareil compte énormément dans la qualité finale de la photo. Cependant tout le côté technique de l’appareil ne me passionne pas et je n’y connais pas grand chose, je demande à ma voiture d’aller d’un point A à un point B, qu’elle soit belle ou pas, grosse ou petite… Je demande donc juste à mon reflex de me faire une photo, la meilleure possible. Pour ce qui est des logiciels j’utilise uniquement Photoshop et j’ai aussi une palette graphique, qui est indispensable pour moi.

Esprit photographe - Interview Baya - Image 4

© Baya

Envisages-tu de changer ou d’acquérir des nouveaux matériels ?

Je constate quelques limites, en particulier au niveau du bruit présent sur les photos quand il n’y a pas beaucoup de lumière, dès que je monte un peu les ISO les photos deviennent granuleuses ! J’aurais peut-être besoin d’un fond vert pour faciliter mes détourages, j’en fais beaucoup et ça me simplifierait grandement le travail !

Pourrais-tu nous présenter une de tes photos ?

Il s’agit d’une photo issue d’une série en cours sur la place de l’homme dans la nature. Un ami qui déménageait, a souhaité jeter un petit bonzaï assez mal en point. J’ai décidé de le récupérer, j’adore les arbres et celui-ci m’a tout de suite interpelé par sa forme, ce fût comme un petit coup de foudre, il fallait que j’en fasse une photo.

J’ai donc mis cet arbre en scène dans un montage photo en l’accompagnant d’une petite fille pour ainsi jouer sur la notion d’échelle car l’arbre en réalité ne fait qu’une dizaine de centimètre de haut.

Esprit photographe - Interview Baya - Image 5

© Baya

J’ai voulu rendre l’atmosphère onirique et poétique d’une petite fille qui lit au pied d’un arbre. C’est une photo un peu sombre voire mélancolique.

La photo finale est un montage photo réalisé à partir de 4 photos principales : le fond, l’arbre, la fillette et la terre. Les différents éléments ont été détourés avec Photoshop puis mis en place avec l’utilisation de calques de fusion.

J’ai placé le bonzaï devant un fond blanc, la sensibilité ISO de l’appareil au minium c’est-à-dire 200 puis l’appareil réglé en mode P, c’est donc l’appareil qui règle le couple vitesse/ouverture. Les arrière-plans de mes images sont souvent faits avec de la peinture et des collages que je scanne, je me constitue au fur et à mesure une banque d’images et de textures.

Pour finir, trois petites questions. Peux-tu nous raconter un bon souvenir lié à la photo ?

Pas un en particulier, mais de manière générale, prendre des photos est agréable et j’ai de bons souvenirs de séances photo au détour d’une balade ou dans des lieux abandonnés, cette vision d’une architecture grignotée par la nature qui reprend ses droits, et cette sensation de vie disparue, de passé révolu.

Esprit photographe - Interview Baya - Image 6

© Baya

Quelles sont pour toi les qualités à avoir pour être un bon photographe ?

Je pense qu’un bon photographe doit avoir un œil exercé et affuté, et maitriser le cadrage et la composition. Il faut être curieux, aller aux expositions, voir des photos, des films, lire des BD, tout ça façonne notre œil et rend le photographe meilleur. A titre d’exemple, j’aime beaucoup visionner une seconde fois un film avec le commentaire audio du réalisateur, on y apprend une tonne de choses, tel choix de cadrage, de composition ou d’ambiance.

Comment les lecteurs peuvent voir ton travail ?

Je n’ai pas d’expo en cours ou à venir pour le moment, pour le moment mes photos sont visibles uniquement sur mon site bayajud.blogspot.fr

Esprit photographe - Interview Baya - Image 7

© Baya