Voir le monde sans couleur, quelle drôle d’idée

Esprit photographe - La photo en noir et blanc : Une ancêtre
Le XXème siècle fut celui du développement de la photographie argentique. La photo noir et blanc (NB) en a été le moteur pendant de nombreuses années. La plupart des styles photographiques (paysage, portrait, photo humaniste,...) ont d’abord été abordés en NB.
Ce choix n’était pas nécessairement artistique. De nombreux critères techniques ont également été décisifs dans la prépondérance du NB.
L’exemple des pellicules est à ce titre significatif. Les sensibilités des pellicules couleurs très basses au contraire des pellicules NB rendaient difficile leur utilisation en faible lumière sans flash.La photo NB du temps de l’argentique, c’était aussi la possibilité de développer et de tirer soi-même ses photos, sans l’aide d’un labo professionnel. Le noir et blanc était ainsi la seule solution pour l’amateur de maîtriser totalement son image et in fine sa démarche artistique.

Cette situation a donné à la photo NB des lettres de noblesse que la couleur n’a jamais eues. Aujourd’hui avec les possibilités de retouches numériques, la couleur se travaille aussi bien que le NB. Pourtant par nostalgie, par culture, par mimétisme et parfois par snobisme, notre cerveau continue d’associer certains thèmes photographiques à l’usage presque exclusif du noir et blanc: tapez sur un moteur de recherche les mots « street photography » et regardez le résultat !

Noir et blanc, un choix artistique

Vous pensez que votre sensibilité vous oriente vers une approche noir et blanc ? Vous pensez que le noir et blanc suscite la nostalgie, la réalité crue de la vie quotidienne, la représentation graphique dans toute sa simplicité ? Attention, attention, notre mémoire culturelle nous amène à penser que le NB crée l’émotion. Le souvenir des œuvres des maîtres de l’âge d’or de la photo (Doisneau, Ronis, Klein, etc.) oriente inconsciemment notre regard et parfois nous égare dans notre pratique photographique.
Une scène n’est pas nécessairement réussie si elle est en NB : combien de personnes dites « d’un autre âge » se sont retrouvées sur des photos à montrer des rides de vieillesse plutôt que leur vécu ?
Le NB n’est pas un facteur de réussite, loin de là, c’est avant tout un choix.
Rappelez-vous, avant toute chose, une photo réussie met en avant « l’esprit du photographe » qu’elle soit en NB ou en couleurs.

Noir et blanc ou couleur

Si aujourd’hui les possibilités du numérique permettent de « shooter » en couleur et de convertir en NB chez soi, il est quasi obligatoire de penser sa photo en NB dès la prise de vue.
Sur l’exemple suivant, le traitement en NB renforce la présence de la barrière qui est de fait le sujet principal. En couleurs, la barrière s’efface au profit de la dune mise en valeur par le ciel (opposition bleu/jaune).
Les deux images n’ont pas le même sens. Privilégier l’une ou l’autre, c’est choisir et comme le dit l’adage, c’est aussi renoncer.

Esprit photographe - La photo en noir et blanc : Une dune en version noir et blanc © Pierre Garance

© Pierre Garance

Esprit photographe - La photo en noir et blanc : Une dune en version couleur © Pierre Garance

© Pierre Garance

Utiliser le noir et blanc, c’est donc renoncer à la couleur et à ses infimes déclinaisons. Dépourvue de couleurs, une photo NB présente le sujet dans sa partie la plus simple.
Pour un débutant il est opportun de commencer le NB par des sujets et par des compositions qui s’y prêtent facilement.

Noir et blanc, sujets et composition

Parmi les sujets qui s’accordent avec le noir et blanc, on peut citer les paysages d’hiver, la ville dans ses dimensions humaines et architecturales, le portrait et la photo de nuit.
Pourquoi ces thèmes? Tout simplement pour l’aspect monochrome qui les compose. Qu’il s’agisse des paysages d’hiver et ses tons froids (c’est le cas de le dire !), d’un visage (clown à éviter), d’un monument ou d’un immeuble, d’une cascade qui s’écoule, tous ont en commun une absence de couleurs vives.

Pour le portrait, c’est surtout notre mémoire culturelle qui nous guide vers le NB. La nostalgie, la tristesse, l’ennui, autant de sentiments que nous voyons en gris. Au-delà de cet aspect, le NB a l’avantage de gommer les imperfections d’un visage et de renforcer l’expression. Attention toutefois à ce qu’il y ait réellement une expression, sinon votre photo sera ratée ! La composition s’appuie sur les règles classiques du portrait en photo. Par contre le choix de la tonalité est très important. En fonction de la douceur ou de la dureté des gris (et donc de l’éclairage), le rendu sera très différent.

Esprit photographe - La photo en noir et blanc : Un exemple de portrait

© stockvault

L’architecture des villes se prête plutôt bien au jeu du noir et blanc. La mise en valeur des formes des bâtiments et l'accentuation du contraste sont un bon début pour se perfectionner. La lumière rasante du matin accentue les ombres projetées et renforce les textures de la pierre, du verre ou du béton.

Esprit photographe - La photo en noir et blanc : L'architecture en noir et blanc, un immeuble © Pierre Garance

© Pierre Garance

Esprit photographe - La photo en noir et blanc : L'architecture en noir et blanc, un pont © Olivier Gouzien

© Olivier Gouzien

L’hiver, la saison sans couleur éclatante (peu de fleurs, des arbres sans feuille, une météo souvent grise,...) est particulièrement adapté aux paysages en noir et blanc, surtout si la neige est présente. A vous les arbres dénudés, les champs gelés et les montagnes blanches. Une recommandation: dans votre composition chercher les lignes de direction ou composer à l’aide de la règle des tiers.

Esprit photographe - La photo en noir et blanc : Neige et hiver © Pierre Garance

© Pierre Garance

La photo de rue (street photography) est évidemment « le sujet » de prédilection du noir et blanc (voir début de l’article). L’absence de couleurs permet de concentrer le regard sur le sujet de la photo. Dans la pratique les oppositions sociales, de contraste clair/sombre, de lignes horizontales/verticales et de formes fonctionnent particulièrement bien.

Esprit photographe - La photo en noir et blanc : La photo de rue, des enfants © Pierre Garance

© Pierre Garance

La photo de nuit, c’est presque une évidence qu’elle soit en noir et blanc. Certains diront que pour les illuminations de noël et les feux d’artifice, sans oublier la fête des lumières à Lyon, ce n’est pas terrible; c’est vrai ! Mais bon...
On retiendra surtout que les halos des éclairages publics rendent l’atmosphère particulière et apporte de la vie à une scène de nuit. On notera aussi que les motifs et textures d'une scène sont mis en avant.

Esprit photographe - La photo en noir et blanc : La photo de nuit, maison © Olivier Gouzien

© Olivier Gouzien

Noir et blanc, approche technique

Deux démarches sont possibles. La plupart des appareils propose un mode NB ou monochrome. La première approche consiste donc à utiliser ce mode. Suivant les marques, les résultats vont différer - de la simple désaturation à une réelle conversion - le mieux étant alors de faire quelques essais en variant les sensibilités et de vérifier le rendu (bruit, perte d’informations,...) sur votre ordinateur.
La deuxième méthode consiste à « shooter » en couleurs (en format RAW) et à effectuer la conversion à postériori à l’aide d’un logiciel de retouche.

Noir et blanc, comment progresser

  • Au début, privilégier une météo grise
  • S’entrainer à regarder en NB en évaluant la lumière et les contrastes
  • Repérer les lignes, les formes, les textures, les motifs d’une scène
  • Privilégier une option pour construire votre image (le contraste par exemple)
  • S’entrainer sur des sujets immobiles (architecture, portrait, paysage, gros plan)
  • Utiliser le format RAW et convertir au post-traitement
  • Comparer les résultats couleurs et NB d’une même photo et noter les différences de ressenti.
  • Travailler votre œil.

Noir et blanc, pour conclure

Passé une forme de snobisme, la photo NB est un style photographique bien adapté à quelques sujets - expressivité, contrejour, nostalgie, dualité - sans être exclusive pour autant.
La photo noir et blanc demande de la réflexion avant la prise de vue sous peine d’être ratée. Imaginez par exemple une mer turquoise, un ciel bleu azur, une plage déserte presque jaune et au milieu de celle-ci un parasol rouge. Trois plans – vert, bleu, jaune – avec une tache de rouge. Pas évident en NB, n’est-ce pas ?
D’un point de vue composition, le NB s’accorde bien avec les règles: des tiers, des lignes de direction et des contrastes (clair/sombre, rond/carré, grand/petit,...).
La simplicité d’un sujet, les aspects minimalistes ou épurés s’associent bien au NB pour mettre en valeur le graphisme d’une image.

Noir et blanc, quelques photographes de référence

  • Adams Ancel
  • Richard Averdon
  • Sieff Jeanloup
  • Brassaï
  • Avedon Richard
  • Moriyama Daido
  • Doisneau Robert
  • Man Ray
  • William Klein