A tort, beaucoup de photographes ont peur d’augmenter la sensibilité ISO de leur appareil, ils craignent l’apparition du bruit qui pourrait venir gâcher leurs photos. Les appareils récents gèrent très convenablement la montée en ISO et ne produisent que très peu de bruit, le post-traitement permet également de corriger sensiblement le bruit et il existe des situations pour lesquelles l’augmentation de la sensibilité est un gage de réussite en évitant les photos floues.

La sensibilité et le bruit

Le capteur d’un appareil photo est conçu pour recevoir la lumière, transformer cette information en courant électrique et envoyer ce courant vers le micro-logiciel de l’appareil pour en faire une photo. Augmenter la sensibilité du capteur revient à augmenter la puissance des signaux électriques envoyés au micro-logiciel et « malheureusement » il y a un étroit rapport entre la puissance et le bruit, l’un ne va jamais sans l’autre.

Sur nos photos, le bruit apparait de deux façons différentes :

1 – Le bruit de luminance

Le bruit vient de la luminosité des pixels qui donne un aspect granuleux à la photo.

2 – Le bruit chromatique

Il fait apparaître des pixels rouges, verts et bleus, ceux-ci sont isolés ou regroupés dans des zones.

Esprit photographe - Quand faut-il augmenter la sensibilité ISO - le bruit

Quand augmenter la sensibilité ?

1 – Quand la lumière est faible

En intérieur ou avec peu de lumière extérieure comme à la tombée de la nuit (photo ci-dessous) et si vous prenez vos photos sans trépied, l’augmentation de la sensibilité est presque obligatoire. C’est en effet l’assurance d’avoir une vitesse de déclenchement suffisante et ainsi éviter tout flou de bougé. Mieux vaut une photo un peu bruitée qu’une photo floue !

Esprit photographe - Quand faut-il augmenter la sensibilité ISO - faible lumière

© Olivier Gouzien

2 – Pour prendre un sujet en déplacement rapide

Dans le cas de la photo de sport ou de l’animalier, il n’est pas rare de devoir utiliser des vitesses de déclenchement supérieures ou égales au 1/1000s dans le but de figer une action comme un cycliste en plein effort ou un renard qui s’enfuit dans la forêt. L’augmentation de la sensibilité permettra à coup sûr d’atteindre ces vitesses et d’éviter ainsi les flous de mouvements. Encore une fois, mieux vaut une photo un peu bruitée qu’une photo floue.

Esprit photographe - Quand faut-il augmenter la sensibilité ISO - sujet en mouvement

© Olivier Gouzien

3 – Quand on utilise d’un téléobjectif

La règle du « 1 / focale » indique la vitesse minimale à utiliser pour éviter les flous de bougé. Si vous utilisez un zoom à la focale de 300 mm, et que vous prenez vos photos sans trépied, il vous faudra une vitesse d’au moins 1/300 s (en fonction de la taille du capteur) pour éviter le flou de bougé. Augmenter la sensibilité permettra d’obtenir cette vitesse car là encore mieux vaut une photo un peu bruitée qu’une photo floue.

Esprit photographe - Quand faut-il augmenter la sensibilité ISO - au téléobjectif

© Olivier Gouzien

Gestion du bruit

Sur la majorité des appareils photos, l’augmentation raisonnée de la sensibilité se fait sans bruit réellement perceptible et dans un cas contraire, le peu de bruit produit peut se corriger facilement.

Les derniers appareils photos sont en mesure d’utiliser des sensibilités élevées en produisant très peu de bruit. Par exemple l’appareil photo hybride Sony alpha 7r produit des images exploitables jusqu’à environ 12 800 ISO. Sur les appareils plus anciens il est en revanche possible que dès 800 ISO du bruit soit visible. Les appareils photos sont aussi souvent dotés d’un système de réduction de bruit (Noise Reduction). Vérifiez donc que ce système est bien activé dans le menu de votre appareil.

Une fois la photo prise, il est toujours possible d’utiliser des logiciels comme Ligthroom ou Photodirector pour supprimer le bruit présent sur vos photos. Il existe également des logiciels dédiés spécifiquement à la suppression du bruit.

En conclusion

N’ayez plus peur de monter en ISO ! Une augmentation de la sensibilité de 100 ISO à 400 ISO vous donnera une marge de 2 IL sans produire trop de bruit (pour la plupart des boitiers). Au-delà de cette sensibilité, les possibilités de réglage de la vitesse augmenteront encore plus... comme le risque de bruit. Un conseil : testez les possibilités de votre appareil en comparant sur vos photos la sensibilité ISO et le bruit généré. Un autre conseil : testez les performances de votre logiciel photo en matière de réduction de bruit. En analysant ces deux tests, vous déterminerez la sensibilité ISO maximum acceptable pour vous.