On pense souvent que le contraste en photo est seulement une opposition entre clair et sombre. En réalité, la notion de contraste est beaucoup plus vaste puisqu’elle englobe toutes les oppositions entre plusieurs choses mises en évidence par un rapprochement ou une mise en relation.
Il existe deux grands types de contraste, l’un est visuel et s’appuie sur une objectivité factuelle quand l’autre fait appel aux valeurs et à l’interprétation de chacun, c’est un contraste de sens.
Le contraste (ou opposition) est un élément fort de composition.

Le contraste par les formes

Esprit photographe - Sujet et contraste : Table et chaise dans le jardin © Pierre Garance
Cercle, carré, triangle, trapèze,...chaque figure géométrique peut être opposée à une autre figure. Globalement, ce qui est rond s’oppose à ce qui est angulaire et ce qui est vertical à ce qui est horizontal.
D’un point de vue photographique, l’intérêt est de mettre en relation deux figures « contraires », pour en souligner l’une ou les deux simultanément. Sur l’exemple ci-contre, la porte rectangulaire est mise en évidence par la table ronde. D’un point de vue symbolique, cette porte fermée clôt le jardin. La table par sa forme ronde amène une note de quiétude.
Il est important de noter qu’inconsciemment, nous faisons une relation entre formes et sentiments (impressions) :
- Carré = calme, équilibre, solidité,...
- Rectangle horizontal = lourdeur, stabilité, durabilité,...
- Rectangle vertical = puissance, rayonnement, vertige, ...
- Cercle = douceur, quiétude, unité, mobilité,...
- Triangle pointe en haut = mystère, sécurisation, pérennité,...
- Triangle pointe en bas = instabilité, précarité, incertitude,...

Le contraste par les lignes

Si une forme représente une zone dans une photo, une ligne indique une direction. On peut distinguer quatre grands types de lignes : les courbes, les obliques, les horizontales et les verticales.

- Les lignes courbes comme le cercle évoquent douceur, quiétude, finesse et raffinement (bijoux, architecture, meubles),...
- Les lignes horizontales représentent d’abord l’horizon et ses dérivés (un champ, la mer, la base ou un plancher d’un bâtiment). Elles élargissent le champ et selon leur emplacement augmentent la profondeur. Elles sont apaisantes.
- Les lignes verticales nous entrainent vers le ciel et réduisent ainsi notre vision globale. Elles arrêtent le regard.
- les lignes obliques apportent du dynamisme à l’image. Suivant leur direction par rapport à notre lecture de l’image (gauche à droite) on a l’impression qu’elles descendent ou qu’elles montent.

Ce type de contraste est particulièrement utilisé en graphisme et en architecture pour orienter la direction du regard.

Dans l’exemple suivant, la ligne courbe/horizontale du premier étage stabilise l’image en suggérant l’horizon. Les lignes verticales compartimentent l’image en créant des secteurs et les obliques (escalators et lignes au sol) amènent du dynamisme à l’image et par extension suggèrent des possibilités de circulation dans tous les sens et à tous les étages.

Esprit photographe - Sujet et contraste : Les escalators © Pierre Garance

© Pierre Garance

Le contraste par les textures

Lisse et rugueux, mou et dur, doux et rêche sont quelques exemples de textures opposées.
On rencontre souvent ce type de contraste dans les photos publicitaires et notamment celles en rapport avec l’alimentaire pour évoquer une sensation de dégustation; par exemple un contraste mou/dur devient crousti-moelleux pour un gâteau au chocolat et aux noisettes.
D’un point de vue composition, l’utilisation de ce contraste permet de renforcer les formes et les directions ou de séparer les plans (avant-plan, plans intermédiaires, arrière-plan). Les différences de texture sont tout indiquées pour les photos à connotation graphique ou minimaliste.

Esprit photographe - Sujet et contraste : Les galets © Pierre Garance

© Pierre Garance

Esprit photographe - Sujet et contraste : Plage de sable © Pierre Garance

© Pierre Garance

Le contraste par les dimensions

Il est très utile pour aider à la définition des différentes tailles, poids ou volumes des objets, monuments,... visible sur une photo. La présence d’un humain ou d’un animal pour suggérer la taille d’un monument ou la « grandeur » d’un paysage fonctionne à tous les coups.

Esprit photographe - Sujet et contraste : Rochers © Pierre Garance

© Pierre Garance

Esprit photographe - Sujet et contraste : Rochers et pêcheur © Pierre Garance

© Pierre Garance

Attention à bien équilibrer les masses dans le cadre d’une mise en valeur par plusieurs objets, bâtiments ou autres.

Le contraste par les couleurs

Les couleurs se renforcent mutuellement en s’opposant.
Pour rappel, il y a trois couleurs primaires – jaune, rouge, bleu – qui sont mises en valeur par leur complémentaire :
- le violet pour le jaune
- le vert pour le rouge
- l’orange pour le bleu

En utilisant cette théorie, il est facile de faire ressortir un sujet sur une photo couleur. Des coquelicots dans un champ où le vert et le rouge se superposent, est un sujet très classique largement exploité d’ailleurs par les peintres impressionnistes (cf. Monet) et les photographes.

Esprit photographe - Sujet et contraste : Camps de coquelicots © Pierre Garance

© Pierre Garance

Sur la photo ci-dessus, la couleur rouge est la plus visible. Il est notable de constater que la couleur la moins présente est la plus remarquée, ce qui est d’ailleurs toujours le cas quand on oppose des couleurs.
Il est important de noter aussi que les couleurs chaudes (rouge, orange, jaune) « avancent » le sujet et les couleurs froides (vert, bleu, violet) le « reculent ». Cette observation est très utile pour accentuer la profondeur d’un paysage en cherchant un premier plan chaud et un arrière-plan froid.

Les possibilités de contraste de couleurs sont très nombreuses et une efficace parmi d’autres, consiste à mettre en relation des couleurs neutres et des couleurs éclatantes comme sur la photo ci-dessous. Dans ce cas, ce sont les couleurs éclatantes qui ressortent en premier.

 

Esprit photographe - Sujet et contraste : Enfants et tobogan © Pierre Garance

© Pierre Garance

Le contraste clair-obscur

C’est l’un des plus utilisé en photographie. Le détail s’efface au profit de la simple représentation du sujet. Les lignes et les formes sont mises en avant. Il donne souvent une dimension fantastique ou pour le moins irréelle aux ombres. Plus le contraste est fort (différence de clarté) et moins les détails sont visibles. Le contre-jour est l'un des plus beaux exemples de ce type de contraste.

Esprit photographe - Sujet et contraste : petit port © Pierre Garance

© Pierre Garance

Quoique souvent utilisé pour la photo noir et blanc, surtout pour l’ambiance et sa dimension graphique, il fonctionne aussi très bien en couleur en rappelant parfois les tableaux des maîtres du clair-obscur.

Esprit photographe - Sujet et contraste : Ombres © Pierre Garance

© Pierre Garance

Que cela soit en noir et blanc ou en couleur, la partie la plus sombre est toujours celle qui focalise le regard.

Le contraste par les plans

Le principe est de séparer visuellement et de manière nette l’avant-plan de l’arrière-plan. Dans l’exemple suivant, le premier et l’arrière-plan sont séparés par un jeu de texture - végétal/minéral – pour mettre en relief le jardin dans la ville.

Esprit photographe - Sujet et contraste : Fleurs et façades © Olivier Gouzien

© Olivier Gouzien

Pour ce type d’effet, l’idéal est de supprimer, si possible, tous les plans intermédiaires en réduisant l’effet de perspective et donc de profondeur. Si la situation ne s’y prête pas, l’emploi d’une longue focale (au moins 200mm) vous sera profitable pour écraser les perspectives.

Le contraste de sens

Il n’obéit pas à des règles de composition ou techniques mais à des suggestions d’interprétation. Il donne un sens à l’image.
Les photographes de reportage utilisent régulièrement ce procédé en opposant tout à la fois, sur une même image, une représentation de richesse et de pauvreté ou dans un autre registre, de guerre et de son contraire, comme des enfants en train de jouer au milieu d’immeubles en ruine.
C’est une forme d’arrêt sur image pour insister sur un point particulier, qu’il soit social, politique, anachronique, climatique, humoristique,...

Esprit photographe - Sujet et contraste : Plage non surveillée © Pierre Garance

© Pierre Garance

Conclusion

Les contrastes formels sont essentiellement des principes de composition. Ils ont pour objectif de mettre en valeur le sujet. Les contrastes de sens ont pour but premier de mettre en valeur une idée. Les deux peuvent être complémentaires.
Si les contrastes formels sont finalement peu nombreux, il n’en est pas de même pour les contrastes de sens. Sur ce point et à titre indicatif, jetez un coup d’oeil à la liste qui suit :

- Rapide/lent, flou/net, réel/imaginaire, matériel/immatériel, liquide/solide, terre/mer, naturel/artificiel, direct/indirect, abstrait/concret, perception/représentation, explicite/implicite, permanent/éphémère, beau/laid, vieux/jeune, quelconque/exceptionnel...

A vous de jouer !