Une image fractale est une image dans laquelle un motif se répète à l’infini, un bon exemple est celui de la boite de fromage « la vache qui rit » sur laquelle on voit la vache sur sa boucle d’oreille qui est en forme de boite, sur laquelle on voit la vache sur sa boucle d’oreille, etc.

Dans notre exemple c’est le pont de Bercy qui a servi de sujet d’expérience. Pour réaliser l’effet fractal avec cette vue, la méthode a consisté à provoquer un effet de répétition à l’infini des arches du pont. Les lignes de perspectives – la charpente et le marquage au sol - forcent le regard à aller au bout du tunnel formé par le pont, sans justement en voir jamais le bout.

Esprit photographe - Une photo par l'exemple - Utiliser les lignes de fuite pour créer un effet fractal

© Olivier Gouzien

Conditions de prise de vue

La photo a été prise de nuit afin d’éviter toutes la présence humaine et obtenir une photo très graphique. De nuit l’éclairage public est allumé et forme au sol un effet damier très régulier et en parfait accord avec notre volonté de motifs à répétition.

Matériel utilisé

Olympus EM1, Samyang Fisheye 7,5 mm (15 mm en équivalent 24x36), une télécommande et un trépied. A cette heure, l’utilisation d’un trépied dans Paris est plus facile. Cela permet de faire des photos avec un temps de pose plus long.

Réglages

  • Ouverture à f/16 : une très grande ouverture qui autorise une profondeur de champ maximum pour rendre toute la scène nette.
  • Vitesse de 2 s : la pose longue de 2 secondes permet de choisir une ouverture très réduite (utilisation du trépied obligatoire !)
  • Focale fixe de 15 mm  (en équivalent 24x36) : ce très grand angle permet de capter le maximum d’informations pour avoir le plus grand nombre d’arches sur la photo.
  • Balance des blancs réglée sur « auto ». Le choix du noir et blanc était fixé dès le départ, la balance des blancs avait donc peu d’importance dans ce cas.
  • ISO à 100 : en pose longue mieux vaux régler les ISO au minimum pour avoir le moins de bruit possible.
  • Stabilisation désactivée car sur un trépied l’appareil ne bouge pas. La stabilisation électronique ou mécanique devient alors inutile voire même néfaste en détectant du mouvement là où il n’y en pas.
  • La mise au point est placée sur l’infini pour maximiser la profondeur de champ.

Format et mise en scène

Le format carré a été choisi pour éliminer les rues à côté du pont, ce qui aurait cassé la symétrie de la scène. Le choix du noir et blanc est dû à la monochromie de la scène d’origine. Cette option permet d’exploiter au mieux les possibilités de contraste en opposant les blancs des reflets lumineux du marquage au sol aux noirs du ciel et de la charpente. Le point de vue central fait converger toutes les lignes de fuite au centre de l’image, ce qui force l’œil à regarder ce point, la scène devient une répétition sans fin sur les 4 côtés du « tube » (l’allée centrale, les arches et la charpente).

Post-production

De la clarté (micro-contraste) a été ajoutée sur les arches pour renforcer l’effet de porosité de la pierre de taille. L’effet « fisheye » étant très fort avec cet objectif, les lignes de perspective ont été redressées.

En résumé

Pour produire un effet graphique de type fractal, l’utilisation des lignes de fuites pour emmener le regard au centre de l’image, le réglage de la profondeur de champ au maximum de sa netteté, le choix du N&B pour maximiser les contrastes et la sélection d’un sujet aux motifs répétitifs donnent de très bons résultats.